•           Contrairement à ce que l'on pense, les inégalités hommes-femmes existent depuis très longtemps. Nous avons choisis Catherine de Médicis pour illustrer ces inégalités au XVI ème siècle.

                                              Résultat de recherche d'images pour "drapeau france"                  Résultat de recherche d'images pour "maison de valois"               Résultat de recherche d'images pour "drapeau ecosse"

    Pourquoi les droits des femmes étaient autant limités au XVI ème siècle ?

             Le droit romain étant réinstauré en Europe dès la Renaissance, les femmes reprennent le statut de mineur leur interdisant tout pouvoir ou contrôle ce qui restreint énormément les pouvoirs de la femme. Cette réinstauration abolit donc les droits acquis lors du haut Moyen Âge.

                Dans l’ancien droit romain, en raison de la fragilité de son sexe, la femme est privée des droits de l’homme libre, en parti par peur de son influence. De plus elle est placée sous la tutelle masculine, c’est-à-dire de son père puis son mari et de ses frères si elle devient veuve. Le droit de vote lui est forcément interdit et elle est exclue de la sphère sociale. La femme reste enfermée dans son rôle domestique.

     

    En quoi l'exemple de la maison de Valois illustre-t-il le fait que les droits des femmes étaient restreints ?

                La maison de Valois est la branche cadette de la dynastie capétienne qui régna sur le royaume de France de 1328 à 1589.

                En 1547 Henri II devient roi de France avec pour épouse et reine Catherine de Médicis. Elle mettra au monde dix enfants dont trois rois. Après la mort d'Henri II en 1559, elle fut écartée du pouvoir politique, et laissa sa place de reine de France à la jeune Marie Stuart et au dauphin, François II.

                Marie Stuart, reine d'Ecosse, a été fiancée au dauphin de France François II alors qu'elle n'avait que six ans, et cela pour consolider l'alliance entre la France et l'Ecosse. En 1560, François II décède, après une année passé sur le trône de France, laissant Marie Suart au même statut que Catherine de Médicis, c'est-à-dire sans plus aucun pouvoir. Celle-ci est contrainte de retourner en Ecosse.

    La maison de Valois illustre donc bien les inégalités hommes-femmes au XVI ème siècle. En effet à cette époque les femmes servaient en grande partie à enfanter pour produire des héritiers à la couronne.

     Résultat de recherche d'images pour "catherine de medicis"                          Résultat de recherche d'images pour "henri ii"                             Résultat de recherche d'images pour "françois ii"                              Résultat de recherche d'images pour "marie stuart"

        Catherine de Médicis                                                 Henri II                                                                   François II                                                                    Marie Stuart

     

    Comment Catherine de Médicis a été l’une des seules reines à avoir eu du pouvoir ?

     

                Après la mort de François II, son successeur direct fut son petit frère, Charles IX. Lors de son accession au trône il n’est âgé que de dix ans et est donc trop jeune pour régner. La régence est donc confiée à sa mère, Catherine de Médicis. Elle a donc pu régner «comme un roi» sur le royaume de France entre les 10 ans et les 13 ans de Charles IX.

     

    Bruet Léo

    Deberne Pacôme

     


    votre commentaire
  • La place de la femme en politique est-elle légitime ?

    Durant l’histoire, la femme n’a pas eu les mêmes droits politiques que l’homme ce qui ne leur a pas permis de s’exprimer au niveau politique. Jusqu'à la loi du 21 avril 1944, les femmes n’avaient ni le droit d’élire, ni le droit d’être élues. Mais cette loi leur a-t-elle vraiment permis d’avoir une place plus importante dans ce milieu ?

     

    Quelle est la place de la femme en politique aujourd’hui ?

     

    Les lois ne suffisent pas et n’aident pas suffisamment les femmes à se faire une place dans le monde politique. La loi votée le 21 avril 1944 concernant les droits politiques de la femme, n’a pas considérablement augmenté le nombre de femmes dans le gouvernement. Cependant, d'après le site politiquemania.com la part de femmes élue au sénat en 1959 s'élevait à 1.6%, 5% en 1992, puis en 2014 elle était de 25%, ce qui montre quand même une augmentation entre 1959 et 2014.

     

    Source : https://www.politiquemania.com/graphiques-femmes-senateurs.html

    Malgré tout on constate que nous sommes encore loin de la parité. Surtout que la politique ne s’arrête pas seulement au niveau national mais prend place également au niveau régional ou bien municipal. D’après le site officiel du Sénat, le pourcentage de femmes membres de conseils municipaux s'élève à 22 % et les femmes constituent environ le quart de l'effectif des conseils régionaux. Ces statistiques montrent que nous sommes encore une fois loin de l’égalité visée avec la loi de la parité. En apparence, le gouvernement respecte la loi de la parité mais dans les détails il y a plus d’hommes dans les ministères régaliens (justice, armée et ministère de l’intérieur).

    Qu'est-ce que la loi de la parité ?

     

    La loi de la parité a été votée en juin 2000 et a pour but de réduire les inégalités entre les hommes et les femmes. Grâce à cette loi, les partis politiques doivent présenter autant de femmes que d’hommes lors des élections.

                    Cependant, cette loi n’est pas forcément respectée : en 2012, seuls deux partis ont respecté cette loi, Europe Écologie-Les Verts et le Parti Communiste Français, qui ont respectivement présenté 49,4 % d’hommes et 49,3 % de femmes. Contrairement à l’UMP (25,5 % de femmes), le Nouveau Centre (36,7 %) et le Parti radical de gauche (36,8 %) qui ne respectent pas la loi. Entre 2012 et 2017 l’ensemble des partis à ainsi perdu 23 millions d’Euros à cause des amendes liées au non-respect de cette loi.

                    Pour conclure, malgré toutes les lois mises en place, il reste toujours des inégalités entre les hommes et les femmes dans la politique. 

     

    Juline Brunet, Zoé Dupuy, Antoine Bernier


    votre commentaire
  •        Les inégalités hommes/femmes touchent presque tous les domaines, le cinéma n'est pas épargné par cette injustice. Le cinéma n'est pas seulement une fiction, une comédie, ou une aventure, il comporte aussi une face sombre et cachée : le sexisme.   

    1. Qui composent les jurys des grands évènements cinématographiques ? 

     Les inégalités hommes femmes sont très présentes notamment dans le cinéma et plus particulièrement dans les grands jurys. En effet les femmes ont été sous représentées depuis de longues années. Par exemple, le festival de Cannes n’a accordé le privilège de Président du Jury qu’à 12 femmes en 72 ans !! Toutefois, des efforts sont observés depuis ces dernières années pour tendre vers plus de parité au sein du jury. Cate Blanchette, ex présidente du jury 2018, a livré un combat plaidant pour la cause des femmes, notamment pour l’égalité salariale avec le soutien de 81 femmes. On peut donc dire que les présidents peuvent soutenir un projet engagé lors du festival. Un privilège qui est donc à l’avantage des hommes.

     

    2.   Les actrices : des proies faciles ?

     

    Le monde du cinéma est d’abord un lieu de travail mais certains hommes abusent de la situation des actrices.   On constate depuis plusieurs années une révolution des actrices et des productrices pour briser le silence et, dénoncer le harcèlement sexuel ainsi que les agressions qu’elles subissent. Selon le magazine américain People, les actrices nommées aux Golden Globes se sont vêtues de noir lors de la cérémonie du 7 janvier pour protester contre le harcèlement à Hollywood. Parmi les jeunes actrices hollywoodiennes 94% d’entre elles avouent avoir déjà été victimes de harcèlement sexuel ! Des chiffres scandaleux et effrayants ! Malgré cela, cette situation a permis une mobilisation générale des actrices françaises en lançant le mouvement #MaintenantOnAgit qui consiste à lutter contre les violences faites aux femmes en collectant des fonds pour les associations.

     

      3. SOS médias sexistes ?

    Le tapis rouge du Festival de Cannes est le moment le plus attendu des médias , en effet les stars y sont très attendues en particulier les femmes et leurs superbes robes de cérémonie qui font l’excitation des paparazzis. Ils s’arrachent les meilleurs clichés pour faire le buzz dans la presse people et n’hésitent pas à photographier les robes des femmes les plus dénudées. L’objectif est le scandale en guettant les imprévus et les accidents durant la soirée. L’un des évènements les plus croustillants est l’accident de robes ! Plusieurs stars ont été victimes des paparazzis comme Sophie Marceau le 13 mai 2005 et son sein dévoilé sur la toile. Une situation embarrassante pour une femme victime des médias. Le cliché provoque un harcèlement quotidien pour la victime, on peut donc dire que les actrices font face à une discrimination « à cause » de leur féminité et du désir abusif des hommes.

     

    Les femmes au cinéma sont dans l’obligation de se battre tous les jours pour obtenir une parité évidente. En 2018, au Festival de Cannes, 82 femmes se sont mobilisées pour défendre les associations qui les soutiennent : un espoir pour les futurs femmes et actrices du monde.




    Source : https://www.telerama.fr/

    Source : https://www.violainecherrier.com/quelle-place-pour-les-femmes-au-cinema-en-2018/

    Celia Vermeulen, Léa Pinto, Mareva Jonchiere


    votre commentaire
  •  Qui est Angèle ?

    Angèle Van Laeken est une chanteuse belge, née le 3 décembre 1995.

     

    Elle a commencé la musique grâce à son père et son frère car ils sont tout deux chanteurs .

     

    Son premier album « Brol » qui signifie selon la traduction qu'elle nous donne « Bazar » ou « Bordel » qui est sorti le 8 septembre 2018 . Il est composé de 12 chansons dont « Balance ton quoi »  qui porte sur les inégalités Hommes-Femmes.

     

     

     

    Quel message « Balance ton quoi » veut-il dénoncer  ?

     

    Le message que veut faire passer cette chanson est de dénoncer le fait que les femmes dans le monde de la musique sont sélectionnées plus sur leur physique que sur leur talent.

     

    Cette chanson fait référence au «#Balance ton porc » qui dénonce les harcèlements et les agressions sexuelles dont sont victimes les femmes .

     

    Donc cette chanson incite à « casser les codes », à oser se révolter contre les discriminations que subissent les femmes .

     

     « Bah faudrait p't'être casser les codes
    Une fille qui l'ouvre ça serait normal »

     

    Elle invite à lutter contre le sexisme  .

     

    « Pour une fille belle t'es pas si bête 

     

    Pour une fille drôle t’es pas si laide ».

     

    Elle critique également les personnes qui pensent que les femmes ont besoin des hommes pour réussir , alors qu’elles sont parfaitement capables de réussir par leurs propres moyens et leurs propres choix .

     

    « Tes parents et ton frère ça aide » .

     

    Comment les gens ont-ils réagi face à cette chanson?

    Les gens ont une réaction plutôt positive vis à vis de cette chanson . Notamment les jeunes car elle utilise les réseaux sociaux pour faire passer ses messages en dehors de sa musique . Nous pouvons voir que parmi son public, il y a plus de femmes que d’hommes car elles se sentent plus touchées par ces inégalités toujours présentes aujourd’hui.

     

    L’album d’Angèle a eu un tel impact qu’elle a reçu des prix ,comme le prix Francis Lemarque de la révélation de l’année lors de la 34e cérémonie des Victoires de la Musique . Elle a également gagné un prix avec son frère Roméo Elvis pour leur clip vidéo « Tout oublier » dans la catégorie « création audiovisuelle ».

     

    Malgré son jeune âge Angèle arrive à faire passer des messages importants grâce à ses chansons comme dénoncer les inégalités Hommes-Femmes dans le monde . En effet les femmes subissent encore de nombreuses injustices dans le monde.

     

     

    Eva Pastor

    Cloé Leseur

    Charline Janvier.

     

     


    votre commentaire
  • INTRODUCTION : 

                De nos jours, malgré quelques lois mises en place par le gouvernement, certaines inégalités persistent, notamment les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Nous allons dans un premier temps parler des inégalités salariales dans les secteurs privés et publics, puis de celles à l’échelle internationale, et enfin, comment pouvons-nous les réduire.

    Quelles sont les inégalités salariales hommes-femmes dans les secteurs privé et public ? 

                En France, nous pouvons observer des inégalités salariales dans le secteur public et le secteur privé. Même si dans le secteur public, il y a un écart homme-femme moins important, car l’État a essayé de limiter ces inégalités salariales, l’écart moyen est d’environ 18 % dans le secteur public, contre 22 % dans le secteur privé. Quelque soit le secteur, les femmes gagnent moins que les hommes. Aussi, plus de 27 % des femmes sont diplômées, contre 21,5 % pour les hommes. Pour finir, quelque soit le secteur, pour un poste nécessitant les mêmes compétences, les mêmes diplômes, et le même temps de travail, les femmes sont payées en moyenne 10 % de moins que leurs collègues masculins. Pourtant, cette inégalité peut s’expliquer par le fait que près de 80 % des salariés à temps partiel, sont des femmes, afin de pouvoir s’occuper de leurs enfants.

     

    Décomposition des écarts de salaires entre femmes et hommes 
    Unité : %

     

    Les femmes gagnent ...% de moins que les hommes 

    Ecart tous temps de travail confondus 

    25,7 

    Effet du temps partiel

    - 9,4

    Ecart pour des temps complets 

    16,3 

    Effet de l'inégale répartition des métiers*

    - 3,5

    Ecart pour des temps complets à métier équivalent 

    12,8 

    Effets de structure à métier équivalent (âge, secteur d'activité, taille de l'entreprise, type de contrat de travail)

    - 2,3

    Part non expliquée 

    10,5 

     

    Source : ministère du Travail - Données 2012 - © Observatoire des inégalités

    Inégalités salariales hommes-femmes à l’échelle internationale ? 

                Beaucoup d’entreprises dans le monde ont essayé de remédier à ce problème, en mettant en place des dispositifs de rémunération pour parvenir à une parité salariale, mais la situation reste tout de même préoccupante au niveau international. Une étude a démontré que dans une entreprises américaines employant environ 505,000 américains à temps plein, les hommes gagnent en moyenne 24,1 % de plus que les femmes. Mais d’autres résultats ont été calculé en Allemagne, en Australie, en France et aussi au Royaume-Uni, comme pour le métier de programmateur qui possède un écart de salaire de 28,3 %. Puis l’étude nous a aussi montré que les femmes sont « mises » dans des postes qui rémunèrent moins que les hommes. Nous pouvons aussi voir grâce au document, qu’il y a trois pays qui sont considérés comme « pays les plus inégalitaires », parmi eux l’Inde, qui a un taux d’inégalités salariales de 56 %, un taux de 40,5 % en Afrique du Sud et un taux de 37,2 % en Corée du Sud. D’autres pourcentages ont été étudié, que vous pourrez retrouver dans ce document.

     

     

       Comment pouvons-nous réduire ces inégalités ? 

                Pour réduire les inégalités entre les hommes et les femmes, il faut commencer par lutter contre les stéréotypes dans les choix d’orientation, comme dire que tel métier est réservé aux femmes ou tel métier est réservé aux hommes, mais aussi dans les choix d’embauche, comme ne pas embaucher une femme qui n’est pas attirante et prendre à la place une femme attirante. Il faudrait aussi augmenter le nombre de places dans les crèches et chez les nourrices, afin que les femmes occupent davantage de postes à temps plein. De plus, les indemnités journalières devraient être augmentées lors des congés parentaux. Il faut montrer que les femmes peuvent très bien diriger une entreprise, aussi bien, ou même mieux que les hommes. Une loi a été votée- au début d’année 2019, qui calcule un indicateur d'égalités salariales hommes-femmes dans une entreprise, et une entreprise se trouvant avec un taux inférieur à 75 % se verra condamnée d'une amende de 1 % du chiffre d’affaire.

     

           
       
     
         

     

     

    SOURCES :                                                                                                                                                             Inégalitéa.fr  ;  Libérations  ;  Le Figaro  ;  BFM Business  ;  CAE-Echo.fr  ;  travail-emploi.gouv.fr  ;  Les Echos  ;  francetvinfo  ;  l’INSEE  ;  Ministère du travail 

     

     

     
     

    Réalisé par : 

    Célia B.   Romane F.   Oryane G. 

     

     


    votre commentaire